Monday, December 22, 2008

Ma nouvelle vidéo : Tu m'écris qu'il neige




Petit clin d'oeil à mon amie Abbounette, qui m'avait demandé (il y a déjà de longs mois...) de tenter une création vidéo pour illustrer "Tu m'écris qu'il neige", cette jolie chanson-hommage à la Lorraine, interprétée par Les Chatelets (un groupe folk lorrain).
C'est dans l'univers virtuel de Second Life que j'ai essayé de bâtir un rêve enneigé aux couleurs de la Lorraine (dont des paysages sont diffusés sur des "écrans" au sein de l'image).
Lol, Abbounette, je ne sais pas si cette vidéo correspond exactement à ce que tu en attendais... Si tu préfères une vidéo où l'on voit mieux les beaux paysages lorrains, dis-moi le et je ferai une deuxième version plus "traditionnelle" et sans monde virtuel SL.

Wednesday, December 03, 2008

Ma nouvelle vidéo : Le Chiffon Rouge



Il y a longtemps que je rêvais de faire un montage vidéo sur cette célèbre chanson de Maurice Vidalin, symbole des luttes sociales, qu'est "Le Chiffon Rouge" interprétée ici par Michel Fugain. J'ai donc recherché sur Second Life des endroits consacrés au communisme, au socialisme et à la révolution, pour y prendre les photos nécessaires à l'illustration de la chanson.
Cette visite que j'ai faite sur plusieurs jours a été pour moi l'occasion de découvrir ou re-découvrir l'histoire des luttes sociales de par le monde :"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" (Marx - Engels, in Manifeste du Parti Communiste, 1848) 

Et voici donc ma vidéo. Si l'image ne s'affiche pas ci-dessous, vous pouvez démarrer la vidéo en cliquant sur le lien suivant :


Tuesday, November 25, 2008

Open your Heart, Open your Soul




Open your Heart, Open your Soul…


Open your heart to the life's beauties,
Dispel all sadness of your path away.
Open your soul to lov's infinity
And forget all subject of confusion.

Leave your shell and your ivory tower.
Enjoy at last life in entirety.
Don't delect you more in desperation
Neither believe one loves you with pity.

Forget the pains of your broken body,
And let to calm all your so bad sorrows.
Forget the grieves of your deep hurt heart
Don't hesitate more, let you be loved.

Open your heart to the life's beauties,
Open your soul to lov's infinity.



November 24, 2008




and now the (first) french version :

Ouvre ton cœur, ouvre ton âme…


Ouvre ton cœur aux beautés de la vie,
Chasse toute tristesse de ta voie.
Ouvre ton âme à l'amour infini
Et oublie tout sujet de désarroi.

Sors de ta coquille, de ta tour d'ivoire.
Apprécie enfin la vie en entier.
Ne te complais plus dans le désespoir
Et ne crois plus qu'on t'aime par pitié.

Oublie les douleurs de ton corps brisé,
Laisse toutes tes peines se calmer.
Oublie les chagrins de ton cœur blessé
Et n'hésite plus, laisse-toi aimer.

Ouvre ton cœur aux beautés de la vie,
Ouvre ton âme à l'amour infini.



21 - 22 octobre 2007

Wednesday, November 05, 2008

He did it : We can change !



Congratulations to Barack Obama, the 44th US President

It's a very great sign of Hope : Change has come !


Thursday, October 30, 2008

Incivilités : une voiture stationne devant votre garage, que faites-vous ?



Mon coup de gueule ce matin ira pour tous ceux qui stationnent égoïstement au mépris de ceux qu'ils gênent.
En l'occurence, il s'agit d'un anonyme qui a stationné sa voiture devant notre garage cette nuit, nous empêchant ainsi de sortir notre voiture ce matin quand il fallait aller au travail.


Nous habitons un quartier d'immeubles où certes les places de stationnement n'avaient pas été prévues en quantité suffisante au moment de la construction du quartier (milieu des années 70). Tous les habitants se débrouillent de leur mieux pour stationner, lorsque les places "normales" de stationnement sont occupées (devant les entrées d'immeubles malgré les panneaux d'interdiction de stationner, sur les pelouses, sur un ancien terrain de basket reconverti en place déserte, etc.). Il arrive aussi que les gens soient plus ou moins obligés de stationner devant les garages (bien trop peu nombreux eux aussi) situés à côté des entrées d'immeubles.
Donc il arrive assez fréquemment qu'un véhicule soit devant notre entrée de garage, mais la plupart du temps c'est juste en bordure de la porte du garage, et nous pouvons donc ouvrir le garage pour entrer ou sortir notre véhicule. Sinon, il y a aussi une entente tacite avec un sympathique voisin qui ne ferme pas sa voiture à clé afin que nous puissions la pousser de quelques centimètres s'il gêne, avec lui il n'y a pas de problème du tout...

Mais voilà, ce matin je devais conduire ma fille à un petit boulot de quelques heures qu'elle avait trouvé : un intérim pour un inventaire commençant à 5h45 à quelques kilomètres de chez nous. Et "damned !", un véhicule inconnu devant notre garage... Impossible de l'ouvrir... Impossible de savoir à qui il était... Que faire ?

J'ai donc réveillé tout l'immeuble en sonnant chez tous les locataires des deux entrées situées près du garage... Imaginez une sonnerie qui vous tire du lit à 5h35, vous apprécieriez aussi, n'est-ce pas ?... Malgré toutes mes excuses auprès des gens que je dérangeais ainsi, je me suis donc fait copieusement enguirlander par certains locataires mal réveillés... Personne ne savait à qui était ce maudit véhicule (une 405 Peugeot noire... vais-je aussi vous donner le numéro d'immatriculation ? lol... ok : le numéro finit par VL 68, je n'en dirai pas plus ici... )... Que faire ?... "Prévenez les gendarmes au lieu d'emmerder tout le monde !!!"... Oui, sans doute, mais cela aurait changé quoi pour le boulot de ma fille ? Que dalle ! Ce n'est pas les gendarmes qui l'auraient conduite bosser, non mais !!!!!... Pour cette fois, il était de toute façon trop tard.

Heureusement, mon fils habite la même ville que nous... Nous l'avons appelé, mais entre temps il était déjà 5h45, l'heure où ma fille aurait dû être sur place pour l'inventaire ! Enfin bref, lui aussi est sorti du lit en catastrophe et a conduit sa soeur (en retard) au boulot... Pour l'instant je ne sais même pas encore si le retard n'a pas été préjudiciable à sa possibilité d'effectuer quelques heures de travail, à une époque où chaque petit boulot est une manne providentielle...

De mon côté, j'ai posé un mot sous l'essuie-glace du véhicule qui est encore devant notre garage à l'heure actuelle : "La prochaine fois que cette voiture est devant notre garage, nous appelons les gendarmes".

Voilà, c'est une journée qui commence bien, sous la pluie et dans l'énervement, à cause d'un conducteur égoïste


Tuesday, October 21, 2008

Hommage à soeur Emmanuelle : Yalla (Calogero)




En hommage à Soeur Emmanuelle, décédée hier, à quelques jours de ses cent ans, voici ce qu'elle a dit sur la charité :

La charité au sens de l'aumône, je n'en veux pas ! Je veux la Justice ! Il arrive qu'on me remette un chèque en me disant : "Voici pour vos pauvres, Ma Soeur." Mais que Dieu me préserve d'avoir des pauvres ! Dans mon bidonville, je n'ai que des frères. Inutile d'aller dans le tiers monde ! Commencez par regarder autour de vous, sur votre palier, brisez le cercle de l'indifférence ! Au bidonville, mes amis, voyez-vous, on vit "ensemble" et l'existence devient passionnante quand on vit pour les autres, quand on pense à aimer, à aider l'autre.

- Soeur Emmanuelle, née le 16 novembre 1908 à Bruxelles (Belgique), décédée le 20 octobre 2008 à Callian (France) -   


Photo : Soeur Emmanuelle avec l'abbé Pierre le 3 mai 2003 au Palais omnisports de Paris-Bercy, où se tient le rassemblement de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (fondée en 1927) - photo AFP 
-------------------------------------------------------

vidéo : Yalla (chanson-hommage à Soeur Emmanuelle par Calogero)

Paroles: Lionel Florence. Musique: Calogero 2004 "3"
© Mercury

On ne retient pas l'écume
Dans le creux de sa main
On sait la vie se consume
Et il n'en reste rien
D'une bougie qui s'allume
Tu peux encore décider du chemin, de ton chemin

Crois-tu que tout se résume
Au sel d'entre nos doigts
Quand plus léger qu'une plume
Tu peux guider tes pas
Sans tristesse ni amertume
Avancer, avance puisque tout s'en va tout s'en va

{Refrain:}
Yalla yalla yalla yalla
Elle m'emmène avec elle
Je t'emmène avec moi
Yalla

Tu trouveras le soleil
Dans le coeur des enfants
Sans nulle autre joie pareille
Ni sentiment plus grand
Un mot d'amour à l'oreille
Peu dans chacun réveiller un volcan pour qui l'entend...

{Refrain}

Pont
Tu trouveras le soleil
Dans le coeur des enfants

{Refrain}


Monday, October 13, 2008

If I had a Pair of Wings



If I had a Pair of Wings


If I had a pair of wings
I could go flying to you
And my sweet tenderest sigh
Would be caressing you
So I could come to tear up
The thick and dark cruel veil
Which still is separing us
Insurmountable border
Holding me too far from you



©Clementia
3/27/2008 – 9/17/2008







Si j’avais des ailes


Si j’avais une paire d’ailes
Je pourrais m’envoler vers toi
Et de mes plus tendres soupirs
Enfin je te caresserais
Je parviendrais à déchirer
Le sombre épais voile cruel
Qui présentement nous sépare
Cette barrière infranchissable
Qui me garde trop loin de toi

©Clementia
17 septembre 2008

Wednesday, October 01, 2008

Sur les ailes d'un ange



Très belle vidéo de Chantal, sur une musique de Neil Diamond (la musique du film Jonathan Livingston le goéland)



Tuesday, May 20, 2008

Sunday, April 27, 2008

Connaissez-vous le chanteur Pedro Abrunhosa ? (3 : Pontes entre nos)



Composição: (Pedro Abrunhosa / Pedro Abrunhosa)

Eu tenho o tempo,
Tu tens o chão,
Tens as palavras
Entre a luz e a escuridão.
Eu tenho a noite,
E tu tens a dor,
Tens o silêncio
Que por dentro sei de cor.
E eu, e tu, 
Perdidos e sós,
Amantes distantes,
Que nunca caiam as pontes entre nós.
Eu tenho o medo,
Tu tens a paz,
Tens a loucura 
Que a manhã ainda te traz.
Eu tenho a terra,
Tu tens as mãos,
Tens o desejo 
Que bata em nós um coração.
E eu, e tu, 
Perdidos e sós,
Amantes distantes,
Que nunca caiam as pontes entre nós.

NOTE :
La vidéo met un certain temps à charger ; pour une parfaite écoute, je vous conseille de cliquer sur "pause" pour lui laisser le temps de s'enregistrer en mémoire-tampon sur votre ordinateur - ensuite il vous suffira de cliquer sur "play" pour un parfait visionnage de ce clip. Le clic sur "pause" et "play" s'effectue sur l'icône que vous trouverez au bas de la vidéo)


Connaissez-vous le chanteur Pedro Abrunhosa ? (2 : Será)




Voici la version originale de "Dis-moi" : "Será?"

Composição: Pedro Abrunhosa

Será que ainda me resta tempo contigo,
ou já te levam balas de um qualquer inimigo.
Será que soube dar-te tudo o que querias,
ou deixei-me morrer lento, no lento morrer dos dias.
Será que fiz tudo que podia fazer,
ou fui mais um cobarde, não quis ver sofrer.
Será que lá longe ainda o céu é azul,
ou já o negro cinzento confunde Norte com Sul.
Será que a tua pele ainda é macia,
ou é a mão que me treme, sem ardor nem magia.
será que ainda te posso valer, 
ou já a noite descobre a dor que encobre o prazer.
Será que é de febre este fogo,
este grito cruel que da lebre faz lobo.
Será que amanhã ainda existe para ti,
ou ao ver-te nos olhos te beijei e morri.
Será que lá fora os carros passam ainda,
ou as estrelas caíram e qualquer sorte é bem-vinda.
Será que a cidade ainda está como dantes
ou cantam fantasmas e bailam gigantes.
Será que o sol se põe do lado do mar,
ou a luz que me agarra é sombra de luar.
Será que as casas cantam e as pedras do chão,
ou calou-se a montanha, rendeu-se o vulcão.

Será que sabes que hoje é Domingo,
ou os dias não passam, são anjos caindo.
Será que me consegues ouvir
ou é tempo que pedes quando tentas sorrir.
Será que sabes que te trago na voz,
que o teu mundo é o meu mundo e foi feito por nós.
Será que te lembras da cor do olhar
quando juntos a noite não quer acabar.
Será que sentes esta mão que te agarra
que te prende com a força do mar contra a barra.
Será que consegues ouvir-me dizer
que te amo tanto quanto noutro dia qualquer. 

Eu sei que tu estarás sempre por mim
Não há noite sem dia, nem dia sem fim.
Eu sei que me queres, e me amas também
me desejas agora como nunca ninguém.
Não partas então, não me deixes sozinho
Vou beijar o teu chão e chorar o caminho.
Será,
Será,
Será!

NOTE :
La vidéo met un certain temps à charger ; pour une parfaite écoute, je vous conseille de cliquer sur "pause" pour lui laisser le temps de s'enregistrer en mémoire-tampon sur votre ordinateur - ensuite il vous suffira de cliquer sur "play" pour un parfait visionnage de ce clip. Le clic sur "pause" et "play" s'effectue sur l'icône que vous trouverez au bas de la vidéo)



Connaissez-vous le chanteur Pedro Abrunhosa ? (1 : Dis-moi)




En surfant sur la Toile ce matin, j'ai "découvert" un chanteur à la voix magnifique, émouvante, qui chante en portugais. Il s'agit de Pedro Abrunhosa.
Je ne m'y connais pas particulièrement, mais je crois que Pedro Abrunhosa est (du moins pour certaines de ses chansons) un héritier de la tradition musicale du fado, les mélancoliques chansons populaires portugaises.



J'ai d'abord entendu "Sera ?", dans sa version française "Dis-moi" qui m'a donné envie de découvrir la version originale, vraiment très belle.
Puis je viens d'écouter  "Ponte entre nos", encore une fois amour et mélancolie au rendez-vous... Et une voix qui vous prend aux tripes, vous arrache des larmes du plus profond de votre âme....

Mes notions linguistiques portugaises étant quasiment inexistantes, j'aurais souhaité trouver les paroles traduites en français. Mais j'ai du moins pu lire, pendant que j'écoutais Pedro Abrunhosa, les paroles dans leur langue originale ici  et comprendre "intuitivement" ces magnifiques chansons. Me croirez-vous, si je vous dis que les larmes me sont réellement montées aux yeux ?

Je vais donc vous proposer maintenant les trois vidéos que j'ai trouvées ce matin, dans l'ordre de ma "découverte".

Voici "Dis-moi"

NOTE :
La vidéo met un certain temps à charger ; pour une parfaite écoute, je vous conseille de cliquer sur "pause" pour lui laisser le temps de s'enregistrer en mémoire-tampon sur votre ordinateur - ensuite il vous suffira de cliquer sur "play" pour un parfait visionnage de ce clip. Le clic sur "pause" et "play" s'effectue sur l'icône que vous trouverez au bas de la vidéo)


Tuesday, April 22, 2008

Un tanka de Clementia : Pluie




PLUIE :

Des gouttes d'ennui
Sur les parapluies d'avril
Et dans mon coeur gris
D'un matin désespérance
M'apportent un froid immense


22 avril 2008

Sunday, April 20, 2008

On se retrouvera, Day of Remembrance sur Second Life : ma toute nouvelle vidéo


Voici la vidéo que je viens de mettre en ligne, avec l'une de mes chansons préférées. J'aime tellement cette chanson, que je souhaiterais qu'elle soit jouée lors de mes obsèques, le jour où (non, je ne suis pas morbide ! ce n'est pas parce qu'on prévoit ses obsèques qu'elles vont survenir plus vite, lol) ...
Les images sont des photos de ma Second Life, lors de la célébration du Day of Remembrance.
Pour plus de détails concernant à Second Life et aussi cet événement, je vous invite à visiter mon blog http://mysecondlife2.overblog.com/

On se retrouvera
Paroles: Francis Lalanne. Musique: Jean-Félix Lalanne   1986
BO du film "Le passage"

Promets-moi si tu me survis
D'être plus fort que jamais
Je serai toujours dans ta vie
Près de toi, je te promets
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
De ne pas en faire un drame
De ne pas en avoir peur

Pense à moi, comme je t'aime
Et tu me délivreras
Tu briseras l'anathème
Qui me tiens loin de tes bras
Pense à moi, comme je t'aime
Rien ne nous séparera
Même pas les chrysanthèmes
Tu verras, on se retrouvera

N'oublie pas ce que je t'ai dit
L'amour est plus fort que tout
Ni l'enfer ni le paradis
Ne se mettront entre nous
Et si la mort me programme
Sur son grand ordinateur
Elle ne prendra que mon âme
Mais elle n'aura pas mon cœur

Pense à moi, comme je t'aime
Et tu me délivreras
Tu briseras l'anathème
Qui me tiens loin de tes bras
Pense à moi, comme je t'aime
Rien ne nous séparera
Même pas les chrysanthèmes
Tu verras, on se retrouvera
On se retrouvera
On se retrouvera...
  


Wednesday, April 16, 2008

Rainbows remembering




Rainbows Remembering

In this deep darkest night
I shout my suffering
I am too lonely
Why did you let me so ?
I seek a reconfort
But still my heart has cold
I remember the days
We were in tenderness
Flying over rainbows
And I am asking why
This sweet time was fugace
It was such a great love
But still alone I stay
In night of insomnia
As wonderful rainbows
Gone evaporated
Is now the ground too grey

Clementia
04/16/2008

Sunday, March 30, 2008

Pâques 2008 en famille : des photos



Quand Clara et Eléonore vont à la chasse aux oeufs de Pâques. Il avait neigé en début de matinée, mais (heureusement) la neige n'était pas restée.










Eléonore découvre l'harmonica, pendant que Clara réfléchit avant de faire ses premiers pas...



Les trois cousines
















Friday, March 28, 2008

While The Silence from a To Fragile Connexion's Broken






While The Silence
From a To Fragile
Connexion's Broken



Do you feel my lips on yours
And my tender caresses
Wraping you up
And do you feel my presence
Beside you
During all your day
And also my tenderness
Blessing your dreams
While you are sleeping

If I had a pair of wings
I could fly to you
And my whispers of love
Would caress you
I could come to tear up
The thick cruel veil
Which still separes us
And holds me so far from you



03/20/2008 - 03/28/2008

Wednesday, March 12, 2008

Amazing Accident (#2 ex-aequo to the Poets of Zarahemla contest in Second Life)

This morning I'm so happy : My poetry was awarded as #2 ex-aequo to a poetry contest in Second Life.
The theme for the contest of the Poets of Zarahemla POZ Group was in february 'poems about Second Life'.
I'm glad to present you here my rewarded poem :











'Amazing Accident'
(tankas suite about Second Life)


Once upon a time,
In the Space Inspired Park,
Impalpable instant
Between earth and starry sky :
An « amazing accident ».

Standing lonely
You were waiting a girl :
You had rendez-vous,
But she never came to you,
So you were alone.

Funny Destiny :
A SL’s practical joke
Drove me just near you.
My previous region was full
And I was sent where you were.

Two wand’ring poets…
In this circumstanc’s we met.
« Bad technology,
But amazing accident »,
Dancing, began our Romance...

So magical night,
Unforgettable instant,
Sharing about us
We were both discovering,
Like in mirror, our soul mate.

© Clementia
02/29/2008
and now, the french (long) version from this poem :
Notre “Amazing Accident “
(suite de tankas sur le thème de Second Life)

« Once upon a time »,
Dans le Space Inspired Park,
Impalpable instant
Entre terre et ciel d’étoiles :
« An amazing accident »

Tout seul sur la piste,
Tu attendais une amie
Qui ne vint jamais.
Quel bizarre rendez-vous,
Qui te laissait solitaire.

Amusant Destin :
Second Life aux goûts farceurs
Me guida vers toi.
Ma « région » était trop pleine
Et j’atterris près de toi.

Deux poètes errants
Se rencontrèrent ainsi.
« Bad technology,
But amazing accident »,
Une danse et la Romance...

Cette nuit magique,
Quels instants inoubliables :
Faisant connaissance,
Chacun découvrait en l’autre
Son miroir, son âme sœur.

Je me débrouillais
Dans mon piètre anglais scolaire.
Toi, de ton côté,
Tu n’avais jamais appris
Que quelques mots de français.

Pour trouver l’amour,
Il n’est pas besoin de mots
Lorsque les cœurs parlent.
Pourtant je t’ai demandé
De devenir mon « teacher ».

C’est avec ton aide
Que j’appris ton doux langage,
Noyée dans tes yeux.
Et c’est blottie dans tes bras
Que je me donnai à toi.

Le monde est petit,
Il a pour seules frontières
Nos fuseaux horaires.
Ton « Bonjour », mon « Bonne nuit »
S’échangent dans un baiser.

La technologie,
Crashs ou soucis d’Internet,
Ne pourront jamais
Te déconnecter de moi
Car tu habites mon cœur.
29 février 2008

Sunday, February 17, 2008

"The Child is sick"


at first, the french version :


L’enfant est malade…


La maman est inquiète
En haut dans sa chambrette
Son enfant est malade depuis plusieurs jours

La fièvre le taraude et trempe ses draps affolés
L’ombre guette

Il tousse
Cherche sa respiration
Ses yeux pleurent
Il ronfle avec son nez bouché

Les cauchemars se bousculent dans ses délires fiévreux
Les murs et les rideaux se parent de monstres hideux
La couverture devient des camions des autos
Qui menacent de l’écraser

Un arbre malsain grandit dans ses voies respiratoires
Etendant en lianes son caressement constricteur

Maintenant
Une chape de sables mouvants
Veut engloutir l’enfant
Sous les ricanements
De djinns s’esclaffant

L’enfant gémit
L’enfant pleure
L’enfant a peur
La mère prie et supplie

Dans son délire voilà qu’il chante
Il parle d’un céleste ailleurs
Où il attendra de te retrouver

La maman étreint tendrement l’enfant
Elle pleure
Elle a peur
Elle sent rôder l’ombre avide
De la Faucheuse qui guette

Une forme rassurante
D’un rouge orangé
Etoilée de paillettes
Se pose auprès du petit lit
Et veille l’enfant
Le réconfortant
Le rassurant
Et chassant tous les cauchemars

Des mains chaudes et douces
Sur ses bronches et sur son front
Déposent le réconfort
Dans la lumineuse caresse d’un halo bleu indigo

La fièvre capitule
Et s’envole
Le souffle du petit redevient apaisé
Le sommeil apporte un soulagement réparateur

La lugubre ombre fatale
Est partie dépitée
Guetter funestement
D’autres âmes pour sa sinistre moisson

Bientôt l’enfant se lèvera guéri
Il pourra retourner à ses jeux
Et à l’école retrouver ses amis

La maman rassurée
D’un baiser l’a bordé
Et leurs cœurs joyeux s’épanouissent en louanges.



Clementia
16 janvier 2006



and now, (imperfect) translated in my french-broken English :



The Child is sick...


The mom is anxious
On the first floor in its small bedroom
Her child is sick for several days

Fever taps it and soaks its panicked bed's sheets
Shadows watches for

It is coughing
It is seeking its breathing
Its eyes are crying
It whirrs with its filled nose

Nightmares are hustled in its feverish delirious
Walls and curtains decorates them with hideous monsters
The cover becomes trucks and cars
Which threaten to crush it

An unhealthy tree grows in its respiratory tracts
Extending in creepers its constrictor carressment

Now
A moving sands cover
Wants to absorb the child
Under the sniggers
Of bursting out laughing djinns

The child groans
The child cries
The child is affraid
The mother prays and implores

In its delirium here that it sings
It speaks about celestial elsewhere
Where it will await to see you again

The mom embrace tenderly the child
She cries
She is affraid
She feels the avid shade rove
Of the watching Reaper

A reassuring form
Of an orange red
Brilliant of spangles
Is posing it near the small bed
And takes care the child
Comforting it
Reassuring it
And driving out all the nightmares
Warm and soft hands
On its bronchis and its foreheard
Déposits the comfort
In the luminous caress of an indigo blue halo

The fever capitulates
And flies away
The breath of the child becames alleviated again
The sleep brings a repairing relief

Lugubrious fatal shade
Is disappointed left
To fatally watch
Other hearts for its sinister harvest

Soon will the child rise cured
It will be able to return to its plays
And at school see again its friends

The reassured mom
With a kiss tucked it in
And their merry hearts are in praises opening out


Clementia
January 30, 2008

Monday, January 28, 2008

a haiku : "One Day without Poem"




JOUR SANS POEME :


Un jour sans poème
Dimanche soleil et sieste
Un jour de repos

© Clementia
7 octobre 2007




ONE DAY WITHOUT POEM :


One day without poem
Sunny sunday and siesta
Quiet day of rest.



© Clementia
10/07/2007

Saturday, January 26, 2008

a tanka : "Solitary's Paradox"





SOLITARY'S PARADOX :


And in spite of all
So much people loving me
I need only you
In my dreams I'm in your arm
When I wake up I'm alone

autumn 2007

a tanka : "Rain and Knell"





RAIN AND KNELL :


Suddenly awak'd
Hearing the tears from the rain
Anguish in my heart
The bell from the knell resounds
And I am alone again


© Clementia
autumn 2007

Thursday, January 24, 2008

a haiku : "Roses Rain"





my french haiku :


PLUIE DE ROSES :


Une pluie de roses
Et la douceur de tes bras
Quel réveil charmant

5 octobre 2007


and now, my English translation :


ROSES RAIN :


A rain of roses
And the softness of your arms :
Charming waking up.
10/05/2007

Wednesday, January 23, 2008

Vidéo : La danse entre Orient et Occident



Voici une très belle vidéo créée par mon amie Chantal, sur un extrait de la "Méditation de Thaïs" de Massenet



Monday, January 21, 2008

a haiku : "Dove"





I wrote at first this french haiku :




COLOMBE


La blanche colombe
Egarée dans le désert
Roucoule, apeurée.



© Clementia
3 octobre 2007



and now, it is the same haiku, than I wrote in English :



DOVE



The pure white dove,
Lost alone in the desert,
Warbles, sad afraid.


© Clementia
10/03/2007

Wednesday, January 16, 2008

a tanka : "Waterfall Remembering"





in remembrance of a nice spot, lost in Second Life :




WATERFALL'S REMEMBERING :


At the waterfall
We both staying together
Lightening crashes
And the nice warm sound
Of your adorable voice.



autumn 2007

a suite of haikus : "To the Poet of my Dreams"





some haikus, wrote in autumn 2007 :





TO THE POET OF MY DREAMS :



Your poetic words
Bring me sweet consolation
O tender darling
To hear beat your heart
Like it were close to mine
Brings me strength and hope
In spite of sadness
In the kingdom of my dream
Your arm calms me down


autumn 2007

Tuesday, January 15, 2008

"The Heart in Joy" (Stanzas to Marie-Louise)




at first, the french version :




Le cœur en joie

(ou Stances à Marie-Louise)



Tu avais demandé au poète
D’écrire quelque chose de gai
Pour effacer les rimes trop tristes
Voici donc que ma plume s’apprête
A répondre à ton sage souhait
D’éviter les mots pessimistes


Ma plume et mon cœur veulent chanter
Tout ce qui réjouit notre vie
Ce qui chaque jour nous est donné
Et je veux célébrer la beauté
De cette universelle harmonie
Qui de ses bienfaits nous comble


Oui je veux chanter pour le printemps
Qui voit renaître les fleurs des champs
Qui nous enchante de chants d’oiseaux
Le soleil qui se fait le héraut
De la venue du temps des amours
Et du retour des beaux jours


Je veux aussi célébrer l’été
Les longues siestes, le farniente
Pour tous les fruits charnus qui mûrissent
Pour les belles moissons qui blondissent
Les longues journées ensoleillées
Les baisers sous la voûte étoilée


Et je veux glorifier l’automne
Aux belles récoltes qui nous donnent
Les confitures et les conserves
Qui s’accumulent dans les réserves
Les forêts aux teintes mordorées
Les promenades sous la feuillée


Enfin je raconterai l’hiver
Cette douce apathie de la terre
Et la Nature qui s’ensommeille
Quand autour de l’âtre les cœurs veillent
Saison de réflexion qui prépare
Un autre cycle un nouveau départ


Je chanterai les beaux sentiments
Les épousailles et les serments
De tant de cœurs nobles la Beauté
Et les fortes preuves d’Amitié
Puis la Foi l’Espérance et l’Amour
Sur la nuit le triomphe du jour


Ainsi donc ô belle et gente dame
Tout cela met du baume à nos âmes
Nous donnant tant de belle énergie
Pour nous réjouir de la vie
Faire rayonner autour de nous
Tant de joies à redonner partout





17 mars 2006 - 31 mars 2006


and now, translated in my french-broken English :




The heart in joy

(or Stanzas to Marie-Louise)


You had asked the poet
To write something of merry,
To erase the too sad rhymes.
Here this that my feather prepares
To answer your wise wish
To avoid the pessimistic words.


My feather and my heart want to sing
All that delights our life
What each day is given to us ;
And I want to celebrate the beauty
Of this universal harmony,
Who of its benefits fills us.


Yes, I want to sing for spring,
Who sees reappearing the flowers of the fields,
Who enchants us with songs of birds,
The sun which made it the herald
Arrival of time of loves
And return of beautiful days...


I want also to celebrate summer,
Long siestas, idleness,
For all the fleshy fruits which mature
For the beautiful wheat fields which gild,
Long sunny days,
Kisses under the starry vault.


And I want to glorify autumn,
With beautiful harvests which give us
Jams and preserves
Who accumulate in the cupboards,
Forests with the bronze colours,
Walks under broken into leaf.


Finally, I will tell about winter,
This soft apathy of the ground
And the Nature which fall asleep,
When around the hearth the hearts stay up.
Season of reflection, which prepares
Another cycle, a new departure.


I will sing the beautiful feelings,
Nuptials and oaths,
Of so much noble hearts the Beauty
And the strong evidences of Friendship,
Then Faith and Hope and Love,
Over the night, triumph of the day.


Thus, ô beautiful and gentle lady,
All that puts balsam at our souls,
Giving us such an amount of beautiful energy,
To delight us by the life,
To make radiate around us
So many joys to give again everywhere.





september 8th 2007